Blog

Peur de dire NON au système?

Cette semaine, on participe à l’événement inter-blogueurs « Quelle est votre plus grande peur ? Histoires vraies et fins heureuses » organisé par le Blog du Bonheur. Vous y trouverez un tas de conseils en développement personnel destinés aux célibataires. Si vous êtes en couple, ne prenez pas la fuite tout de suite parce que ses articles parlent de la vie de tous les jours et peuvent s’appliquer à tout le monde, que vous soyez casés ou non. Un de ses articles, “Comment voir la vie plus positivement et être heureux” en est un bon exemple. Cette blogueuse partage son expérience et sa vision de la vie. Elle est pétillante et déborde de spontanéité. Elle devrait vous inspirer si vous voulez ajouter quelques petites touches de bonheur supplémentaires dans votre vie. Et cet événement est pour nous l’occasion de partager avec vous les peurs qu’on a surmontées pour dire “non” au système et prendre notre décision de partir vivre en Espagne!

 

Peur de l’inconnu

Comme vous le savez, on a pris la décision de radicalement changer de vie. Alors même si on donne l’impression que ça se fait les doigts dans le nez, cette décision n’est pas tombée du ciel et ne s’est pas prise sans un minimum de réflexion. Ça fait des années que notre envie de quitter la Belgique nous occupe l’esprit. Seulement voilà, le quotidien métro-boulot-dodo a un côté rassurant. Même s’il n’est pas pleinement satisfaisant, il a le mérite d’être plus ou moins prévisible. Je ne sais pas comment ça se passe chez nos voisins, mais nous, les Belges, on est très forts pour ça. On est très casanier et on aime la sécurité de notre train-train quotidien.  Et ce n’est pas évident d’aller à l’encontre de cette mentalité bien encrée depuis l’enfance.  C’est d’autant plus difficile de se lancer dans l’inconnu.

 

Peur de dire “non” au système

Il faut bien se dire que notre société fonctionne sur cette même base. Le système nous formate depuis l’école primaire pour qu’on devienne de bons petits moutons de Panurge. On doit faire ce qu’on nous demande sans trop réfléchir au pourquoi du comment, c’est comme ça.  Le but est de nous former au monde du travail, qui au final n’est pas tellement différent. “Tu fais ce qu’on te demande, sinon la place est pour quelqu’un d’autre!”

Sans compter qu’à côté de ça, on a le stress de pouvoir payer nos factures, les frais de l’école des enfants, les taxes en tout genre ou bêtement les courses pour remplir le frigo. Si vous observez les gens autour de vous, nombreux sont ceux qui courent tout le temps, sans pour autant pouvoir vraiment profiter de leurs proches. Ils travaillent comme des bêtes pour n’avoir aucune reconnaissance en retour. Ils sont crevés en rentrant à la maison qui ne se range pas toute seule, sans compter les enfants, le mari, le chien, le lapin, … Et éventuellement quelques heures de sommeil au passage, histoire de tenir encore debout. Bref, une course contre la montre et l’argent qui n’arrête jamais. Ils vivent pour travailler! Mais en même temps, c’est le système qui veut ça. On nous fait croire que c’est normal puisque tout le monde, ou presque, vit comme ça. Et comme l’esprit de groupe est très puissant, tout le monde s’y conforme et très peu ose dire NON. Ha ben non! C’est “normal”… Et c’est comme ça qu’on se tue à la tâche pour un boulot qui nous use jusqu’à la corde. “Même si je ne le supporte plus, j’ai un job. C’est mieux que rien…”

 

Votre choix!

On a pris conscience, Fabien et moi, que c’était loin d’être une fatalité! Je dirais même plus, si on veut être honnête, on fait le choix de s’y conformer! Aïe…  Je sais, ça fait mal. Mais une fois qu’on prend conscience de notre part de responsabilité dans ce système, on peut enfin penser à prendre le contre pied et à oser dire: “NON, je ne veux pas de cette vie métro-boulot-dodo!”

 

Loin de moi l’idée de dire que c’est facile de tout envoyer balader. La réalité est telle qu’elle est. Nous avons effectivement besoin d’un revenu pour subvenir à nos besoins. Mais n’y a-t-il d’autres alternatives? Pourquoi ne pourrions-nous pas faire un boulot qu’on aime, qui nous permettrait de profiter de nos proches ou simplement de la vie? Vous me direz sûrement qu’en Belgique, et probablement en France aussi, que c’est très compliqué de trouver du travail. Non seulement, les boulots stables se font rares, mais il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus, que vous soyez bardés de diplômes ou non. Enfin bon, tout ça pour dire qu’il y a effectivement un problème dans ce système. Mais en y réfléchissant bien, il y a toujours un moyen de le contourner! Je pars du principe que si je ne peux pas passer par la porte, j’y arriverai par la fenêtre! 

 

Peur de l’échec…

C’est ici que la peur fait son travail et souvent très bien! Bah oui si on veut sortir un temps soit peu du système, ça implique soit de vivre en ermite (mais nous n’irons pas jusque là…), soit de créer sa propre activité. Et ça en Belgique, peut-être en France aussi, c’est très risqué de se lancer pour ceux qui n’ont pas beaucoup de moyens. A titre d’exemple, l’état nous bombardent de taxes qui nous coûtent un bras, avant même qu’on ait gagné notre premier centime. Notre peur nous fait alors un appel du coude : “Trop risqué! Contente-toi de ce que tu as.” Gardez à l’esprit que la chance ne vous tombe pas du ciel, elle se crée! Autrement dit, ce n’est pas en restant bien sagement dans votre zone de confort que vous changerez les choses.

 

 

Et le travail dans tout ça? Vous nous direz probablement que c’est très compliqué de décrocher un job en Espagne. Effectivement d’après les différents témoignages que nous avons eus, décrocher un contrat est difficile. Mais quitte à changer de vie, pourquoi ne pas créer son activité sur place? Sans compter, que l’état espagnol encourage le développement des autoentrepreneurs. On fera enfin un travail qui nous plaira sans avoir des bâtons dans les roues avant même de commencer. Et si ça foire? C’est pas grave! Ce sera une expérience dont on se servira pour se relever et avancer. Mais, franchement, dans le pire des scénarios, quitte à ne pas rouler sur l’or, on préfère que ce soit au soleil!

 

Rendez les choses possibles!

Vous pouvez décider de voir le verre à moitié plein! Vous n’aimez pas votre boulot ou vous êtes au chômage? C’est peut-être le moment de penser à créer votre activité? De déménager? De réaliser un de vos rêves? Pourquoi pas tout en même temps? Osez dire NON! Vous pouvez dire que votre vie ne vous convient plus. Osez dire ce que voulez vraiment. Osez mettre tout en oeuvre pour opérer ce changement! On sera d’accord pour dire que ça ne se fera en un claquement de doigts. Ce changement demande beaucoup de réflexions et de temps. La réalité du système fait toujours parti du décor, même si on décide de voir la vie autrement. Mais maintenant que les oeillères sont enlevées, on peut enfin penser “solutions”!

Et dans notre cas, on rêve depuis longtemps de partir vivre au soleil. Mais comme tout le monde, on a d’abord pensé sécurité. Comme on ne roule pas sur l’or, on se disait qu’on allait mettre de l’argent de côté, devenir propriétaires d’un petit bien immobilier. Ça nous aurait fait une sécurité matérielle et financière pour notre départ en Espagne. Mais ça aurait aussi mis des années avant de pouvoir franchir le pas. Là encore, si on veut être complètement honnête, on écoutait notre peur des qu’en dira-t-on, de sortir de notre zone de confort, de ne pas réussir une fois sur place, … Mais on ne sentait pas en accord avec nous-même. On ne veut pas attendre des années! Alors on a fait le choix de sortir de cette norme.

 

En conclusion

Tout ça pour vous dire, qu’avec Fabien, on a fait le choix de ne plus accepter ce mode de vie. Ça ne nous convient pas du tout. On ne veut plus s’inquiéter du regard des autres et ne plus avoir peur de sortir des rangs. Prendre un temps de réflexion pour prendre conscience de ce qu’on veut réellement ou non est, à mon sens,important pour dépasser nos peurs. D’ailleurs, si vous nous suivez depuis le début de l’aventure, vous savez que nous sommes encore en plein dans ce processus de changement, puisque notre départ est fixé en septembre 2020.

Je ne vous cache pas qu’on est terrorisé face à ce changement de vie radical. C’est le saut dans l’inconnu le plus complet et sans aucune certitude de réussite. Mais en même temps, nous sommes tellement impatients de vivre cette nouvelle aventure qu’on ne veut pas se laisser submerger par cette peur. On choisi de sortir des sentiers battus. Même si je donne parfois l’impression d’être peace and love, on réfléchit à tout pour augmenter nos chances de réussite une fois là-bas.  N’oubliez pas que la volonté peut soulever des montagnes!  Et ne laissez pas vos peurs prendre le contrôle. Cette prise de conscience vous donnera la force d’enclencher le changement que vous souhaitez amener dans votre vie. Vous avez le choix d’accepter ou de refuser la situation qui se présente à vous!

 

 

Et vous? Quelles-sont les peurs qui vous bloquent?

Laissez-nous vos commentaires, on se fera un plaisir d’y répondre 🙂

 

Et encore merci à Sandrine pour ce carnaval d’article !

 

D’ici là, prenez soin de vous 😉

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.